Étude géotechnique, études de sols

Nos missions s’échelonnent de la G1 à la G5, conformément à la norme NF P 94-500 (Classification des missions géotechniques).
La mission G3 est normalement confiée à l’Entrepreneur.

Phase Avant-Projet (missions G11 – G12) :

L’étude géotechnique d’avant-projet s’articule autour d’un mode d’intervention basé sur :

  • Une enquête géologique et géomorphologique du site
  • Des sondages d’identification des terrains à la tarière mécanique ou à l’hydropelle
  • Des sondages au pénétromètres dynamique lourd ou au pénétromètre statique permettant d’identifier les terrains rencontrés, de calculer un taux de travail du sol et d’apprécier les tassements prévisibles
  • Pour des ouvrages importants, ou des sols médiocres, des essais pressiométriques sont sous-traités à des  entreprises spécialisées, suivis sur le terrain et dépouillés par nous même
  • Ces sondages peuvent être équipés de piézomètres afin de suivre dans le temps les variations de la nappe  phréatique
  • Nos sondages sont relevés et nivelés au théodolite et rattachés au système de nivellement dont nous disposons

Enfin, à l’issu de ce travail de terrain, toujours effectué par ou sous la direction d’un géologue expérimenté, un rapport est remis précisant : Le type de fondations, le taux de travail du sol, la tenue des talus, les préconisations concernant les drainages, le rejet des eaux pluviales en cas d’absence de réseau collectif…

Le risque sismique est pris en compte conformément à l’arrêté du 16 juillet 1992. Dans ce cadre, si des terrains susceptibles de liquéfaction sont rencontrés, une étude spécifique complémentaire est proposée.

Diagnostic Géotechnique (mission G5) :

En cas de sinistre survenu au cours du chantier ou pendant la durée de vie d’un ouvrage, nous pouvons nous rendre sur les lieux pour observer et tenter de comprendre l’origine des dégâts. Suit alors une note géotechnique décrivant :

  • notre diagnostic
  • les études complémentaires à réaliser le cas échéant
  • les recommandations d’urgence
  • l’orientation des préconisations pour le long terme